[CHAIRE ACP] « Colloque international Nouveaux mondes, anciens mondes, mondes perdus »

Heure locale

  • Fuseau horaire : Europe/Berlin
  • Date : 07 - 08 Avr 2022
  • Heure : 9h00 - 18h00
INHA: Institut national d'histoire de l'art

Lieu

INHA: Institut national d'histoire de l'art
2 Rue Vivienne, 75002 Paris
Site Web
https://www.inha.fr

Date

07 - 08 Avr 2022
Expiré!
QR Code

Labels

Actualité,
Événement

L'événement est terminé.

Nouveaux mondes, anciens mondes, mondes perdus :

représenter et médiatiser la Préhistoire dans l’art et la culture visuelle américains

New Worlds, Old Worlds, Lost Worlds:

Picturing Prehistory in American Art and Visual Culture

This event is free and open to the public | It will be held in French and English

Logos partenaires - Fondation Université Paris Nanterre - Fondation UPN - FUPN

Présentation

Programme

7 avril :

9h00-9h30 — Inscription, café et pâtisseries

9h30-10h — Introduction 

  • Francesca Rose, Terra Foundation for American Art.
  • Judith Delfiner, HAR, Université Paris-Nanterre.
  • Catherine Marcangeli, LARCA, Université Paris Cité.
  • Jonathan Dentler, Terra Foundation for American Art, Université Paris-Nanterre, Université Paris Cité.

10h-13h — Panel 1. Déplacer les modèles européens : connexions transatlantiques et indigènes d’Amérique   

  • Anna Boroffka, CSMC, Universität Hamburg.  « Quitter la grotte, entrer dans l'histoire du salut : Les récits visuels de la linéarité temporelle dans les manuscrits du Mexique colonial ».
  • Thomas Balfe, Warburg Institute, University College London, Courtauld Institute of Art. « Une race antique ? Le chasseur à bois dans Le bref récit sur ce qui est arrivé aux Français en Floride (1591) de Theodor de Bry ».

— Pause Courte 

  • Maria Gindhart, Georgia State University. « L'âge de pierre en Amérique de John J. Boyle ».
  • Julia Sienkiewicz, Terra Foundation, American Academy in Rome, Roanoke College. « Tracer la préhistoire dans le corps indigène ? History, Empire, and Ferdinand Pettrich's 'Indian Gallery’ ».

13h-14h30 — Déjeuner

14h30 - 16h30 — Panel 2. Échelles et modèles de la (pré)histoire

  • Christopher Heuer, University of Rochester. « Le film Primordial de Smithson et Holt ».
  • Sigrid Ruby, Institut d'histoire de l'art, Université de Gießen. « Temps profond et histoire moderne : L'excavation du mastodonte américain par Charles Willson Peale ».
  • Donna Roberts, Université d'Helsinki. « Poétique au-delà de l'humain : Les méditations minérales de Roger Caillois sur le temps dans les Amériques ».  

16h30-17h — Pause café

17h-18h — Keynote

  • Rémi Labrusse, Université Paris-Nanterre. Politiques de la préhistoire.
 
8 avril :

9h15-9h45 — Café et pâtisseries

9h45-11h45 — Panel 3. La préhistoire à travers les médias 

  • Lucie Grandjean, Université Paris-Nanterre. « Dérouler la préhistoire : Le Moving Panorama d'Egan et la médiation du savoir archéologique dans l'Amérique du XIXe siècle ».
  • Jutta Teutenberg, LMU Munich. « Le temps profond en mouvement ».
  • Margherita Fontana, Université IULM, Milan. « Les grottes (virtuelles) dans la pratique artistique américaine : Un retour vers le passé pour comprendre le futur ».

12h00-13h30 — Déjeuner

13h30-15h30 — Panel 4. Panaméricanisme et préhistoire

  • Mylène Palluel, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Freie Universität Berlin. « Les rapprochements panaméricains de ‘longue durée’ dans l'essai de Robert Morris, ‘Sur les traces de Nazca’ (1975) ».
  • Breanne Robertson, National Archives and Records Administration, Washington DC. « Ambivalence animée : La représentation du panaméricanisme et du passé précolombien dans le film The Grain that Built a Hemisphere des studios Walt Disney ».
  • Élodie Vaudry, Centre Allemand d'histoire de l'art (DFK). « Le ‘précolombien-préhistoire’ comme outil de propagande mexicaine aux États-Unis, 1920 – 1930 ».

15h30-16h00 — Pause café

16h00-17h00 — Panel 5. Icônes de la préhistoire américaine 

  • Ryan Linkof, Lucas Museum of Narrative Art, Los Angeles. « La survie du plus fort : Fantaisies Pulp du Super Barbare ».
  • André Gunthert, EHESS. « Le dernier des dinosaures, ou la science contre les images ».

17h00-17h45 — Keynote

  • Vanessa Schwartz, USC. « Nous ne pouvons jamais revenir en arrière : Questions concernant l'ordre, la séquence et le "pré" dans l'histoire ».
 
April 7:

9:00am-9:30am — Registration, coffee & pastries

9:30am-10am — Introduction

  • Francesca Rose, Terra Foundation for American Art.
  • Judith Delfiner, HAR, Université Paris-Nanterre.
  • Catherine Marcangeli, LARCA, Université Paris Cité.
  • Jonathan Dentler, Terra Foundation for American Art, Université Paris-Nanterre, Université Paris Cité.

10am-1:00pm

Panel 1. Displacing European Models: Transatlantic Connections and Indigenous Americans      

  • Anna Boroffka, CSMC, Universität Hamburg.  “Leaving the Cave, Entering Salvation History: Visual Narratives of Temporal Linearity in Colonial Mexican Manuscripts.”
  • Thomas Balfe, Warburg Institute, University College London, Courtauld Institute of Art. “An antique race? The antlered hunter in Theodor de Bry’s Brief narration of what befell the French in Florida (1591).”

— Short Break

  • Maria Gindhart, Georgia State University. “John J. Boyle’s Stone Age in America.”
  • Julia Sienkiewicz, Terra Foundation, American Academy in Rome, Roanoke College. “Tracing Prehistory in the Indigenous Body? History, Empire, and Ferdinand Pettrich’s ‘Indian Gallery’.”

1:00pm-2:30pm — Lunch

2:30pm – 4:30pm — Panel 2. Scales and Models of (Pre)history

  • Christopher Heuer, University of Rochester. “Smithson and Holt’s Primordial Film.”
  • Sigrid Ruby, Institute of Art History, Gießen University. “Deep Time and Modern History: Charles Willson Peale’s Excavation of the American Mastodon.”
  • Donna Roberts, University of Helsinki. “Poetics Beyond the Human: Roger Caillois’ Mineral Meditations on Time in the Americas.”    

4:30pm-5:00pm — Coffee break

5:00pm-6:00pm — Keynote

  • Rémi Labrusse, Université Paris-Nanterre. “Politics of Prehistory”
 
April 8:

9:15am-9:45am — Coffee and pastries

9:45am-11:45am — Panel 3. Prehistory Across Media 

  • Lucie Grandjean, Université Paris-Nanterre. “Unrolling Prehistory: Egan’s Moving Panorama and the mediation of archaeological knowledge in 19thcentury America.”
  • Jutta Teutenberg, LMU Munich. “Deep Time in Motion.”
  • Margherita Fontana, IULM University, Milan. “(Virtual) caves in American art practice: A return to the past to understand the future.”

12pm-1:30pm — Lunch

1:30pm—3:30pm — Panel 4. Panamericanism and Prehistory

  • Mylène Palluel, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Freie Universität Berlin. The Pan-American Connections of the “Longue Durée” in Robert Morris’ essay ‘Aligned with Nazca’ (1975)”
  • Breanne Robertson, National Archives and Records Administration, Washington DC. “Animated Ambivalence: Picturing Pan-Americanism and the Pre-Columbian Past in Walt Disney Studio’s The Grain that Built a Hemisphere.”
  • Élodie Vaudry, Centre Allemand d’histoire de l’art (DFK). “‘Pre-Columbian Prehistory as a Mexican Propaganda Tool in the United States, 1920-1930.”

3:30pm-4:00pm — Coffee break

4:00pm-5:00pm — Panel 5Icons of American Prehistory

  • Ryan Linkof, Lucas Museum of Narrative Art, Los Angeles. “Survival of the Fittest: Pulp Fantasies of the Super Barbarian.”
  • André Gunthert, EHESS. “Le dernier des dinosaures, ou la science contre les images”

5:00pm-5:45pm — Keynote

  • Vanessa Schwartz, USC. “We can never go back to before: Questions regarding order, sequence and the “pre” in history"

Intervenants

Dr Anna Boroffka is an art historian and postdoctoral researcher at the Universität Hamburg, Centre for the Study of Manuscript Cultures (CSMC). Her work investigates the participation of medieval and early modern visual arts in transcultural knowledge production; her most recent project focuses on Mexican manuscripts from the early colonial period. Anna Boroffka received her PhD with a thesis on the artistic representation of the mensura Christi in European art (Peter Lang 2017), which was awarded the Karl H. Ditze-Prize in 2016. She is an associate member of the Cluster of Excellence 2176: Understanding Written Artefacts (CSMC, Universität Hamburg) and currently writing her second monograph on Creating New Spanish Knowledge: Bernardino de Sahagún's Florentine Codex and the Early Modern Chorographic Tradition.

 

Le Dr Anna Boroffka est historienne de l'art et chercheuse postdoctorale à l'Université de Hambourg, au Centre d'étude des cultures de manuscrits (CSMC). Ses travaux portent sur la participation des arts visuels du Moyen Âge et du début de l'ère moderne à la production de connaissances transculturelles. Son projet le plus récent porte sur les manuscrits mexicains du début de la période coloniale. Anna Boroffka a obtenu son doctorat avec une thèse sur la représentation artistique de la mensura Christi dans l'art européen (Peter Lang 2017), récompensée par le Karl H. Ditze-Prize en 2016. Elle est membre associé du Cluster of Excellence 2176 : Understanding Written Artefacts (CSMC, Universität Hamburg) et rédige actuellement sa deuxième monographie intitulée Creating New Spanish Knowledge : Creating New Spanish Knowledge : Bernardino de Sahagún's Florentine Codex and the Early Modern Chorographic Tradition.

Dr Thomas Balfe is currently a Research Fellow at the Warburg Institute, University of London. He is an art historian specialising in early modern (c.1550–c.1750) easel painting and graphic art, with particular research interests in animal, hunting, food and human-animal inversion imagery, and vocabularies of lifelikeness in northern European art writing. His co-edited book on the term ad vivum and its relation to images made from or after the life was published in 2019. More recent essays have examined the beast fable (Journal of Historians of Netherlandish art 13:1 [2021]) and the Flemish gamepiece genre (Oxford Art Journal 44:1 [2021]). His current research focuses on European depictions of non-European hunting practices in the Americas, Asia and the Arctic, and their role in shaping period conceptions of cultural difference as well as the category of the human itself.

 

Thomas Balfe est actuellement chercheur au Warburg Institute, University of  London. Il est historien de l'art, spécialiste de la peinture de chevalet et de l'art graphique du début de l'époque moderne (c.1550-c.1750). Ses études portent notamment sur les images d'animaux, de la chasse, de la nourriture et du renversement entre l’homme et l’animal, ainsi que les vocabulaires de la vraisemblance dans les écrits artistiques d'Europe du Nord. En 2019, il a coédité un ouvrage portant sur le lien entre le terme ad vivum et les images vivantes ou post-mortem. Des essais plus récents ont examiné le genre du bestiaire (Journal of Historians of Netherlandish art 13:1 [2021]) et de la nature morte animale flamande (Oxford Art Journal 44:1 [2021]). Ses recherches actuelles se concentrent sur les représentations européennes des pratiques de la chasse dans les Amériques, en Asie et dans l'Arctique, et sur leur rôle dans le façonnement des conceptions de la différence culturelle et de la catégorisation de l'humain à l’époque de leurs conceptions.

Jonathan Dentler is currently the Terra Foundation for American Art Postdoctoral Research and Teaching Fellow in Paris, where he is associated with the LARCA and HAR research groups at the Université de Paris and Université Paris Nanterre respectively. His dissertation, which is entitled “Wired Images: Visual Telecommunications, News Agencies, and the Invention of the World Picture, 1917-1955,” is a global history of wire photography services. His next project asks how artists, anthropologists, archaeologists, and mass publics in the nineteenth and twentieth centuries used the theory and myth of Atlantis to posit a prehistoric cultural diffusion around the Atlantic basin, helping to make sense of deepening forms of transoceanic connection in their own time.

 

Jonathan Dentler est actuellement Postdoctoral Research and Teaching Fellow de la Terra Foundation for American Art à Paris, où il est associé aux groupes de recherche LARCA et HAR, respectivement à l'Université de Paris et à l'Université Paris Nanterre. Sa thèse, qui s'intitule « Wired Images : Visual Telecommunications, News Agencies, and the Invention of the World Picture, 1917-1955 », est une histoire globale des services de photographie électronique. Son prochain projet porte sur la manière dont les artistes, les anthropologues, les archéologues et la sphère publique des XIXe et XXe siècles ont employé la théorie et le mythe de l'Atlantide pour postuler une diffusion culturelle préhistorique autour du bassin atlantique, contribuant ainsi à donner un sens à l’accroissement des connexions transocéaniques de leur temps.

Margherita Fontana (1993) is a PhD student in Visual and Media Studies at IULM University of Milan. She has worked on the philosophical implications of Lucy Lippard’s thought and art criticism, focusing on the theoretical implications of political art and criticism. Her doctoral dissertation concerns the issue of primitivism in American contemporary art. Her main fields of interest are the anthropology of images and the political and social connotations of artistic acts. 

 

Margherita Fontana (1993) est doctorante en études visuelles et médiatiques à l'université IULM de Milan. Elle a travaillé sur les conséquences philosophiques de la pensée et de la critique d'art de Lucy Lippard, en se concentrant sur les conséquences théoriques de l'art politique et de la critique. Sa thèse de doctorat porte sur la question du primitivisme dans l'art contemporain américain. Ses principaux domaines d'intérêt sont l'anthropologie des images et les connotations politiques et sociales des actes artistiques.

Dr. Maria P. Gindhart is associate professor of art history and associate dean of the College of the Arts at Georgia State University in Atlanta. She has published and presented on representations of prehistoric humans produced during the French Third Republic; on art displayed in, as well as postcards depicting, the Jardin des Plantes Menagerie in Paris; and on various aspects of the 1931 Exposition Coloniale Internationale. Her current book project focuses on elephants – both real and represented – at that exhibition. She received her AB from Bowdoin College and her AM and PhD from the University of Pennsylvania.

 

Maria P. Gindhart est professeur associé d'histoire de l'art et doyenne associée du College of the Arts de la Georgia State University à Atlanta. Elle a publié des ouvrages et donné des conférences sur les représentations d’hommes préhistoriques sous la Troisième République française, sur l'art exposé dans la ménagerie du Jardin des Plantes à Paris, ainsi que sur la représentation de ce même édifice par des cartes postales et sur divers aspects de l'Exposition Coloniale Internationale de 1931. Son projet de livre actuel porte sur les éléphants - réels et représentés - de cette même exposition. Elle diplômée du Bowdoin College, ainsi que d'une maîtrise et d'un doctorat de l'université de Pennsylvanie.

Lucie Grandjean est docteure en Histoire de l’art de l’Université Paris Nanterre (HAR). Sa thèse, préparée sous la direction de Ségolène le Men a été soutenue en 2022. Intitulée "Saisir l’horizon : la circulation de l’image panoramique dans les États-Unis du XIXème siècle" celle-ci porte sur la production et la diffusion des sujets panoramiques sur le continent américain dans une perspective transnationale. Ses recherches ont fait l’objet de communications et de publications (« Le panorama dans les échanges transatlantiques, John Vanderlyn et le panorama de Versailles à New-York » dans Le Panorama un art trompeur, Presses Universitaires du Septentrion, 2019) en France et aux États-Unis et ont été soutenues par la Terra Foundation for American Art.

 

Lucie Grandjean holds a PhD in Art History from Paris Nanterre University. Her dissertation, entitled "Beholding Horizons : the circulation of the panoramic image in Nineteenth-Century America" focused on the creation and diffusion of panoramic images in the United States as vectors for the construction of a national identity in the nineteenth century. Her research has been supported by the Terra Foundation for American Art and has been the subject of papers and publications in France and the United States. 

Maître de conférences à l’EHESS (Paris), André Gunthert est historien des cultures visuelles, spécialiste des médias d’enregistrement. Fondateur de la revue Études photographiques (1996-2017), il a récemment publié L’Image partagée. La photographie numérique (Paris, Textuel, 2015) et codirigé avec Thomas Kirchner et Marie-Madeleine Ozdoba Nouveaux médias. Mythes et expérimentations dans les arts (Paris, Centre allemand d’histoire de l’art/Naima éd., 2021). Il prépare un ouvrage consacré à l’image documentaire au XXe siècle.

 

André Gunthert is a lecturer at the EHESS (Paris) and a historian of visual cultures, specializing in recording media. Founder of the journal Études photographiques (1996-2017), he recently published L'Image partagée. La photographie numérique (Paris, Textuel, 2015) and co-edited with Thomas Kirchner and Marie-Madeleine Ozdoba Nouveaux médias. Mythes et expérimentations dans les arts (Paris, German Center for Art History/Naima ed., 2021). He is preparing a book on the documentary image in the 20th century.

CHRISTOPHER P. HEUER is Professor of Art and Architecture at the University of Rochester, New York, where he teaches in the Graduate Program in Visual Culture.  In 2019 he was Bernard Berenson Fellow at Harvard University’s I Tatti in Florence, and an invited Fellow at Wolfson College, Cambridge. His two most recent books are: Into the White (2019), and Andrea Büttner Der Bettler Orden (2020). A new study of early modern art and entropy is forthcoming. 

 

CHRISTOPHER P. HEUER est professeur d'art et d'architecture à l'université de Rochester, dans l'État de New York, où il enseigne dans le cadre du programme d'études supérieures en culture visuelle.  En 2019, il a été Bernard Berenson Fellow à l'I Tatti de Harvard University à Florence, ainsi que fellow invité au Wolfson College, à Cambridge. Ses deux livres les plus récents sont : Into the White (2019), et Andrea Büttner Der Bettler Orden (2020). Une nouvelle étude sur le premier art moderne et l'entropie est à venir.

Rémi Labrusse enseigne l’histoire de l’art à l’université Paris Nanterre. Il a notamment publié Préhistoire. L’Envers du temps (2019), co-organisé l’exposition Préhistoire, une énigme moderne au Centre Pompidou (2019, avec Cécile Debray et Maria Stavrinaki) et co-dirigé La Préhistoire au présent. Mots, images, savoirs, fictions (2021, avec Sophie A. de Beaune). Plus généralement, il s’intéresse aux sources imaginaires de la condition moderne dans le monde occidental.

 

Rémi Labrusse teaches art history at the University of Paris Nanterre. He has notably published Préhistoire. L'Envers du temps (2019), co-organized the exhibition Prehistory, a Modern Enigma at the Centre Pompidou (2019, with Cécile Debray and Maria Stavrinaki) and co-edited La Préhistoire au présent. Mots, images, savoirs, fictions (2021, with Sophie A. de Beaune). More generally, he is interested in the imaginary sources of the modern condition in the Western world.  

Ryan Linkof joined the Lucas Museum of Narrative Art in July 2018 as the museum’s first curator. Previously, he served as a curator in the Photography Department at the Los Angeles County Museum of Art (LACMA), and more recently, as part of the founding curatorial team of the Academy Museum of Motion Pictures. He has organized numerous exhibition projects, including Robert Mapplethorpe: The Perfect Medium (LACMA and the Getty Museum), and Under the Mexican Sky: Gabriel Figueroa – Art and Film (LACMA). He is the author of Public Images (Bloomsbury Publishing/Routledge, 2018), and his research has appeared in multiple exhibition catalogues, edited volumes, and scholarly journals, including Media HistoryPhotography and Culture, and Études photographiques. His current research has been awarded a grant from Getty Foundation’s Pacific Standard Time initiative, in support of an exhibition set to open in 2024. He holds a Ph.D. from the University of Southern California, where he has also served as a visiting professor.

 

Ryan Linkof a rejoint le Lucas Museum of Narrative Art en juillet 2018 en tant que premier conservateur du musée. Auparavant, il a été conservateur au département de la photographie du Los Angeles County Museum of Art (LACMA), et plus récemment, il a fait partie de l'équipe de conservateurs fondateurs de l'Academy Museum of Motion Pictures. Il a organisé de nombreux projets d'exposition, dont Robert Mapplethorpe : The Perfect Medium (LACMA et Getty Museum), et Under the Mexican Sky : Gabriel Figueroa - Art and Film (LACMA). Il est l'auteur de Public Images(Bloomsbury Publishing/Routledge, 2018), et ses recherches ont été publiées dans de nombreux catalogues d'exposition, volumes édités et revues spécialisées, notamment Media History, Photography and Culture et Études photographiques. Ses recherches actuelles ont bénéficié d'une subvention de l'initiative Pacific Standard Time de la Getty Foundation, en vue d'une exposition dont l'ouverture est prévue en 2024. Il est titulaire d'un doctorat de l’University of Southern California, où il a également été professeur invité.

Mylène Palluel prépare depuis 2019 une thèse de doctorat en co-tutelle à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (APESA) et à la Freie Universität de Berlin. Son sujet porte sur « La “longue durée” dans l’art et les sciences humaines des années 1960. Une étude de cas américain dans l’art minimaliste, l’art conceptuel et le Land art ». Depuis décembre 2020, ce projet est financé par la bourse de recherche Elsa-Neumann-Stipendium des Landes Berlin (NAFÖG). Ses travaux sur l’art américain des années 1960 et 1970 interrogent les rapports entre art et sciences humaines, la fascination des artistes pour l’histoire de « longue durée », qu’elle aborde aussi du point de vue de la question des identités culturelles. Elle a auparavant réalisé une étude sur la bibliothèque personnelle de Robert Smithson, qui a fait l’objet de son mémoire de Master en histoire de l’art, obtenu en 2017 à L’Université Paris Nanterre. 

 

Mylène Palluel has been preparing a doctoral dissertation in co-supervision at the Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (APESA) and the Freie Universität in Berlin since 2019. Her topic is "The ‘longue durée’ in art and humanities of the 1960s. An American case study in minimalist art, conceptual art and Land art". Since December 2020, this project has been funded by the Elsa-Neumann-Stipendium des Landes Berlin (NAFÖG) research grant. Her work on American art of the 1960s and 1970s interrogates the relationship between art and the humanities, and the fascination of artists with history of the "longue-durée", which she also approaches from the perspective of the question of cultural identities. She previously conducted a study on Robert Smithson's personal library, which was the subject of her Master's thesis in art history, obtained in 2017 at the Université Paris Nanterre.

Donna Roberts is a researcher in the Department of Philosophy, History and Art Studies at the University of Helsinki, where she contributes to an interdisciplinary group project titled Science, Literature and Research: Avant-Garde Encounters with Biology and Ecology. She has a PhD in Art History and Theory from the University of Essex (UK) and carried out post-doctoral research in the Institute of Aesthetic Education at the Autonomous University of Mexico. The field of her scholarship is surrealism, with focus on Czech surrealism, the Grand Jeu, surrealism in Latin America, and the writings of Roger Caillois. She is writing a monograph titled A Feeling for Nature: Surrealism, from Natural History to Ecology, which will present surrealism in relation to historical and philosophical discourses on nature, evolutionary theories, and ecological thinking.

 

Donna Roberts est chercheuse au département de philosophie, d'histoire et d'études artistiques de l'université d'Helsinki, où elle contribue à un projet de groupe interdisciplinaire intitulé Science, Literature and Research : Avant-Garde Encounters with Biology and Ecology. Elle est titulaire d'un doctorat en histoire et théorie de l'art de l'université d'Essex (Royaume-Uni) et a effectué des recherches post-doctorales à l'Institut d'éducation esthétique de l'université autonome du Mexique. Son domaine d'étude est le surréalisme, avec un accent particulier sur le surréalisme tchèque, le Grand Jeu, le surréalisme en Amérique latine et les écrits de Roger Caillois. Elle rédige actuellement une monographie intitulée A Feeling for Nature : Surrealism, from Natural History to Ecology, qui présentera le surréalisme en relation avec les discours historiques et philosophiques sur la nature, les théories de l'évolution et la pensée écologique.

Dr. Breanne Robertson is an education specialist with the National Archives Museum in Washington, DC. Prior to joining the Archives, she worked as a historian with the U.S. Marine Corps History Division where she oversaw the correction to the official roster of Iwo Jima flag raisers. She is the recipient of the Department of the Navy Civilian Service Commendation Medal and contributing editor of Investigating Iwo: The Flag Raisings in Myth, Memory & Esprit de Corps (2019). Her varied background includes a visiting professorship at Wesleyan University and fellowships at the Smithsonian American Art Museum, Georgia O’Keeffe Museum, and Crystal Bridges Museum of American Art. A specialist in the history of U.S. art and visual culture, she holds a Ph.D. in art history from the University of Maryland. Her current book project, Good Neighbors in the Good War: Mesoamerican Antiquity in the Art of Hemispheric Defense, considers depictions of pre-Columbian civilizations in American art and visual culture under President Franklin D. Roosevelt’s Good Neighbor Policy.

 

Breanne Robertson est spécialiste de la pédagogie au Musée des Archives nationales à Washington, DC. Avant cela, elle a travaillé comme historienne pour le corps des Marines des États-Unis, où elle a supervisé la correction de l’attribution de la liste officielle des leveurs de drapeaux d'Iwo Jima. Elle a reçu la Department of the Navy Civilian Service Commendation Medal et a contribué à la rédaction de l’ouvrage Investigating Iwo: The Flag Raisings in Myth, Memory & Esprit de Corps (2019). Son parcours varié comprend un poste de professeur invité à Wesleyan University et des bourses au Smithsonian American Art Museum, au Georgia O'Keeffe Museum et au Crystal Bridges Museum of American Art. Spécialiste de l'histoire de l'art et de la culture visuelle aux États-Unis, elle est titulaire d'un doctorat en histoire de l'art de l’University of Maryland. Son projet de livre actuel, Good Neighbors in the Good War : Mesoamerican Antiquity in the Art of Hemispheric Defense, est une étude des représentations des civilisations précolombiennes dans l'art et la culture visuelle américaine sous la politique du « Good Neighbor Policy » de Franklin D. Roosevelt.

Sigrid Ruby is professor of art history at the University of Giessen (Germany). From 2014 to 2016 she held a professorship for art history at Saarland University. She studied Art History, American Literature and Economics at the universities of Bonn, Frankfurt am Main and Harvard University. Ruby got her PhD in 1994 from the University of Bonn with a thesis on transatlantic exhibition history after World War II and German-US American relations in particular (publ. 1999). Her second book deals with representations of the royal favorite in early modern France and, thus, sets a focus on the intersection of art history and gender studies (publ. 2010). Recent research activities, partly carried out within the framework of DFG-funded projects, concern the history of Surrealism in the 1940s and 1950s, particularly in the United States and in search of an “American unconscious”, the art history of dreams and dreaming, gender studies and gender in art history, early modern portraiture, and questions of the visual in Critical Security Studies. Sigrid Ruby is a member of the scientific advisory board of the “Deutsches Forum für Kunstgeschichte/Centre Allemand d’Histoire d’Art” in Paris.

 

Sigrid Ruby est professeur d'histoire de l'art à l'université de Giessen (Allemagne). De 2014 à 2016, elle a occupé une chaire d'histoire de l'art à l'université de la Sarre. Elle a étudié l'histoire de l'art, la littérature américaine et l'économie aux universités de Bonn, Francfort-sur-le-Main et Harvard. Ruby a obtenu son doctorat en 1994 à l'université de Bonn avec une thèse sur l'histoire des expositions transatlantiques après la Seconde Guerre mondiale et les relations germano-américaines en particulier (publ. 1999). Son deuxième ouvrage traite des représentations des favorites royales dans la France du début de l'époque moderne et, par conséquent, met l'accent sur l'intersection de l'histoire de l'art et des études de genre (publ. 2010). Ses activités de recherche récentes, en partie menées dans le cadre de projets financés par la DFG, concernent l'histoire du surréalisme dans les années 1940 et 1950, en particulier aux États-Unis et à la recherche d'un « inconscient américain », l'histoire de l'art des rêves et du rêve, les études de genre et le genre dans l'histoire de l'art, le portrait au début de l'époque moderne et les questions du visuel dans les Critical Security Studies. Sigrid Ruby est membre du conseil scientifique du « Deutsches Forum für Kunstgeschichte/Centre Allemand d'Histoire d'Art » à Paris.

Vanessa R. Schwartz is Professor of Art History and History at the University of Southern California, where she directs the Visual Studies Research Institute and its graduate certificate program.  Schwartz specializes in 19th and 20th c. European and American visual culture, especially photography, film and design. Her new book Jet Age Aesthetic: The Glamour of Motion in Motion is now available (Yale University Press) and was supported by a Millard Meiss award from the College Art Association and a Furthermore Foundation grant. With Jason Hill, she co-edited Getting the Picture: The Visual Culture of the News (2015). She is also an advisor to the curatorial teams working on a show at the Musée d’Orsay and LACMA about the origins of cinema.

 

Vanessa R. Schwartz est professeur d'histoire de l'art et d'histoire à l’University of Southern California, où elle dirige le Visual Studies Research Institute et son programme de certificat d'études supérieures.  Schwartz est une spécialiste de la culture visuelle européenne et américaine des XIXe et XXe siècles, en particulier de la photographie, du cinéma et du design. Son nouveau livre Jet Age Aesthetic : The Glamour of Motion in Motion est maintenant disponible (Yale University Press) et a été soutenu par une bourse Millard Meiss de la College Art Association et une bourse de la Fondation Furthermore. Avec Jason Hill, elle a coédité Getting the Picture : The Visual Culture of the News (2015). Elle est également conseillère auprès des équipes de conservateurs qui travaillent sur une exposition au Musée d'Orsay et au LACMA sur les origines du cinéma.

Julia A. Sienkewicz is associate professor of art history at Roanoke College and Terra Foundation Fellow at the American Academy in Rome. The research she will present is drawn from the research for her in-progress monograph, titled Forms of White Hegemony: Transnational Sculptors, Racialized Identity and the Torch of Civilization, 1836-1865. This research has previously been supported by a Franklin Grant from the American Philosophical Society and a Summer Stipend from the National Endowment for the Humanities. Dr. Sienkewicz holds a PhD from the University of Illinois and a BA from Mt. Holyoke College. Her first book, Epic Landscapes: Benjamin Henry Latrobe and the Art of Watercolor was published in 2019 with the University of Delaware Press.

 

Julia A. Sienkewicz est professeur associé d'histoire de l'art au Roanoke College et Terra Foundation Fellow à l'Académie américaine de Rome. Les recherches qu'elle présentera sont tirées de sa monographie en cours, intitulée Forms of White Hegemony : Transnational Sculptors, Racialized Identity and the Torch of Civilization, 1836-1865. Cette recherche a été soutenue par une bourse Franklin de l'American Philosophical Society et une bourse d'été du National Endowment for the Humanities. Mme Sienkewicz est titulaire d'un doctorat de l'université de l'Illinois et diplômée du Mt. Holyoke College. Son premier livre, Epic Landscapes : Benjamin Henry Latrobe and the Art of Watercolor a été publié en 2019 aux éditions University of Delaware Press.

 

Jutta Teutenberg studied art history, classical archaeology and Italian studies in Freiburg, Florence and Munich and recently completed her doctoral thesis on reconstructions of prehistoric humans in the 19th and early 20th centuries. In particular, she focused on the praxiological approaches of researchers, as well as the global references of the discourse. She will soon publish her dissertation online, which was supported by a Gerda Henkel scholarship. During her studies, she also worked as a tour guide in various Munich museums, especially at Lenbachhaus. She has two children and lives in Rome.

 

Jutta Teutenberg a étudié l'histoire de l'art, l'archéologie classique et les Italian studies à Fribourg, Florence et Munich. Elle a récemment achevé sa thèse de doctorat sur les reconstitutions d'humains préhistoriques au XIXe et au début du XXe siècle. Elle s'est notamment penchée sur les approches praxéologiques des chercheurs, ainsi que sur les références globales du discours. Elle publiera bientôt sa thèse en ligne, qui a été soutenue par une bourse Gerda Henkel. Pendant ses études, elle a également travaillé comme guide touristique dans différents musées de Munich, notamment au Lenbachhaus. Elle a deux enfants et vit à Rome.

Docteure en histoire de l’art contemporain de l'Université de Paris−Nanterre, Élodie Vaudry est conseillère scientifique au Centre Allemand d’histoire de l’art (DFK) à Paris depuis septembre 2020. Elle y dirige, avec Thomas Kirchner, le sujet annuel sur les pratiques urbaines contemporaines et elle est aussi chargée de développer les recherches et les activités autour de l’Amérique latine. Elle a réalisé sa thèse sur "La présence et les usages des arts précolombiens dans les arts décoratifs en France de l’entre−deux−guerres". Elle a reçu le Prix de thèse de l'Institut des Amériques de Paris en 2017 et son ouvrage Les arts précolombiens. Transferts et métamorphoses de l’Amérique latine à la France, 1875−1945 est paru en juin 2019 aux Presses Universitaires de Rennes. Elle a étudié au Mexique en 2011−2012 à l’Université Nationale Autonome de Mexico (UNAM) puis a effectué un post−doctorat à l'Institut de Recherches Esthétiques de Mexico de 2017 à 2019. Son travail porte essentiellement sur les transferts culturels entre l’Amérique latine, l’Europe et l’Orient du XIXe au XXe siècle, les processus identitaires, la théorie de l’ornement, le marché de l’art et la diplomatie culturelle.

 

Élodie Vaudry holds a PhD in contemporary art history from the University of Paris-Nanterre and has been a scientific advisor at the German Center for Art History (DFK) in Paris since September 2020. She directs, with Thomas Kirchner, the annual topic on contemporary urban practices and is also in charge of developing research and activities around Latin America. She completed her thesis on "The presence and uses of pre-Columbian arts in the decorative arts in France between the wars". She was awarded the Prix de thèse de l'Institut des Amériques de Paris in 2017 and her book, Les arts précolombiens. Transferts et métamorphoses de l'Amérique latine à la France, 1875-1945, was published in June 2019 by Presses Universitaires de Rennes. She studied in Mexico in 2011-2012 at the National Autonomous University of Mexico (UNAM) and then completed a post-doctoral fellowship at the Institute of Aesthetic Research in Mexico City from 2017 to 2019. Her work focuses on cultural transfers between Latin America, Europe and the East from the 19th to the 20th century, identity processes, ornamental theory, the art market and cultural diplomacy.

Peinture pour colloque : Nouveaux mondes, anciens mondes, mondes perdus - Fondation Université Paris Nanterre - Fondation UPN - FUPN
Logos partenaires - Fondation Université Paris Nanterre - Fondation UPN - FUPN

Image 1: Hilaire Hiler, Oil on masonite mural study for the Aquatic Park Bathhouse and Casino in San Francisco, ca. 1936. Image courtesy Wolfsonian Library, Florida International University.

Image 2: Charles R. Knight, Leaping Laelaps, 1897. American Museum of Natural History

Retour haut de page